Je veux te manquer, que tu m’appelles dans ton sommeil. Je veux être l’amoureuse de tes fantasmes, l’agitatrice de tes nuits, que la sueur ruisselle sur chaque parcelle de ta peau. J’aime tellement ton embrun corporel. Qu’avec même le plus puissant somnifère, tu me vois partout, tout le temps. Ô chéri, crie mon nom, encore plus fort, et que l’écho de ta voix résonne aussi fortement et inlassablement que la plus atroce des migraines.

Série d’autoportraits


Publié le