J’aime parfois penser la photographie comme le cinéma. Chaque image solitaire raconte quelque chose d’unique, laisse passer un message qui lui est propre. Mais pas seulement. Elle est aussi l’avant d’une autre et l’après de quelque chose de nouveau, racontant une histoire, faisant évoluer un personnage dans une virtualité temporelle. Elle est indépendante et pourtant ne peut être séparée des autres. Elle est forte seule comme à plusieurs. Elle laisse peser un mystère tout en résolvant le précédent.

Modèle: Anne Rivière


Publié le